Le rôle d’un expert d’assuré

Si votre logement a été victime d’un sinistre, votre compagnie d’assurance va réaliser un expert d’assurance afin d’évaluer les dégâts et estimer la valeur de l’indemnisation. Mais dans quel cadre intervient ce dernier ? Est-il obligatoire de faire appel à un expert ? Quel est son véritable rôle ?

Les missions d’un expert d’assuré

Un expert d’assuré est un professionnel intervenant dans le cadre des sinistres ou accidents de n’importe quel produit d’assurance : garantie habitation, véhicule, moto… Son rôle principal sera d’établir un rapport détaillé pour décrire l’incident dans son ensemble : les dommages subis, la source ou les éléments entrainant le sinistre, les affaires et mobiliers endommagés et la valeur des dégâts subis par l’assuré.

L’expert sera également tenu de faire un état des chiffres liés à l’incident à savoir le coût du sinistre, la gravité des dommages et des biens abimés… Pour finir, ce rapport doit aussi définir les modalités de remise en état des atteintes endurées. C’est seulement grâce à ce document que l’assureur va fixer le montant de l’indemnisation. Il est par ailleurs important de connaitre qu’en matière d’assurance auto ou garantie dommage ouvrage, le rapport doit être remis à l’assuré, contrairement aux autres contrats.

L’expertise est-elle obligatoire ?

En général, c’est la compagnie d’assurance qui engage l’expert d’assuré afin d’établir les dégâts et d’évaluer l’indemnisation, mais l’assuré n’est pas toujours obligé de réaliser cette expertise. Elle n’est impérative que dans le cadre d’une garantie dommage ouvrage dans le cas où un sinistre de la construction s’est produit.

Par ailleurs, dans le cadre des grandes catastrophes ou des catastrophes technologiques qui ont causé d’importants dommages, l’expert d’assurances doit être mandaté. Au cas où un assuré ne serait pas satisfait du montant proposé par sa compagnie d’assurance, il devra faire appel à un autre expert pour établir une tierce estimation.

Le litige en matière d’expertise

Si une fois le rapport remis l’assuré n’est pas d’accord avec les conclusions de l’évaluation, il aura l’occasion de demander une contre-expertise. En général, ce rapport sera réalisé par un autre expert d’assuré et à la charge de l’assuré. Ce dernier va donc effectuer une expertise réfutant les conclusions mentionnées par le premier expertise et si en comparant les deux rapports les deux parties n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le montant de l’indemnisation, une tierce expertise sera réalisée par un troisième intervenant.

Les honoraires de ce dernier seront partagés par les deux parties. Si à la suite de cette dernière solution, les deux parties ne trouvent pas de terrain d’entente, le litige régler par une expertise judiciaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *