Immobilisation : faut-il investir dans le neuf ou dans l’ancien ?

Les appartements anciens, tout comme les maisons individuelles du même type, sont aujourd’hui pris d’assaut par les nouveaux accédants à la propriété. La rareté et les prix apparemment inaccessibles des logements neufs semblent favoriser ce phénomène. Est-il donc réellement plus intéressant de mettre de l’argent sur une vieille bâtisse, plutôt que sur un logement plus récent ? L’ancien a-t-il des avantages qu’on peut trouver sur le neuf ?

L’ancien, pour sa disponibilité immédiate

Il n’est pas rare que les maisons anciennes proposées sur le marché soient disponibles de suite. Disposant d’un certain charme, ils séduisent principalement les acheteurs qui recherchent une maison avec du cachet, ou qui veulent profiter de l’authenticité de l’ancien. Ce type de bien donne aussi une impression d’intimité que les acquéreurs sont nombreux à apprécier.

La disponibilité immédiate du bien est un point positif, car il donne la possibilité à l’acheteur d’apporter ses valises et de s’installer de suite. Cet aspect pratique ne suffit cependant pas toujours à convaincre, dans la mesure où les prix de l’immobilier ancien ont sensiblement augmenté en l’espace de quelques années. Il faut dire que la demande est forte, et qu’un immeuble ancien en très bon état est considéré comme un produit rare.

Si l’achat reste cependant moins cher que sur une immobilisation plus récente, les coûts liés à l’entretien et à la rénovation font vite grimper les factures sur le long terme. En investissant sur l’ancien, vous devez donc obligatoirement prévoir un budget pour les mises à jour. Peinture, renforcement des murs et des fondations, système de chauffage, évacuations et plomberies, toiture, panneaux… c’est l’intégralité de l’acquisition qui pourrait avoir besoin d’une remise à niveau. Le prix initial de l’investissement ne concerne donc généralement que la structure, les améliorations nécessitant une enveloppe bien plus étendue sur la durée.

Le neuf est-il plus intéressant ?

Le neuf, que ce soit à l’achat direct ou à la construction, nécessite un budget nettement plus conséquent qu’un logement ancien. Si l’investissement en EHPAD (plus d’infos sur ce type d’investissement ici) initial est élevé, les dépenses liées à l’entretien sont mineures. En effet, les logements neufs sont construits aux normes actuelles, et disposent donc d’installations réduisant les dépenses énergétiques, assurant le chauffage, ou garantissant un minimum de confort face aux diverses formes de pollution.

Le coût de l’achat est donc facilement amorti sur le long terme, et ne génère que peu de dépenses supplémentaires. Il faut cependant prévoir qu’un bien nouveau n’est pas exempt de frais d’aménagements. Si les garanties de construction offrent une sécurité sur la première décennie suivant la fabrication, les dépenses liées à l’aménagement ou aux modifications sont imputables au propriétaire. Les tarifs restent cependant accessibles dans la plupart des cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *