Crédit immobilier : qu’est-ce qui a changé en 2017 ?

L’année 2016 s’est soldée par une grande réussite dans le domaine de l’immobilier. Le contexte des taux bas et les avantages fiscaux ont nettement permis aux investissements de s’accroître largement pour atteindre un niveau très élevé. Mais la tendance semble avoir changé dès le premier mois de 2017. Entre la hausse des taux d’intérêt, les novelles mesures prises par les banques et la prolongation des réformes fiscales, il devient utile de comprendre le fonctionnement actuel du marché.

Hausse des taux : la tendance se stabilise

Il est vrai que depuis le début de l’année, on remarque un accroissement continuel des taux d’intérêt. En janvier, l’indice moyen était de 1,03 % sur 10 ans et de 1,46 % sur 20 ans. Pendant cette période, pour le calcul de la durée pour le remboursement du crédit immobilier, les banques prenaient en considération le niveau des taux sur le marché obligataire et le changement de la donne après l’élection de Donald Trump.
En mars, la barre avait atteint les 1,57 % pour les prêts sur 20 ans. Les analystes tiennent quand même à noter un certain ralentissement au niveau de la hausse. Les chiffres en avril sont plus détaillés et indiquent que le taux moyen était de 1,30 % sur 10 ans, 1,80 % sur 20 ans et 2,00 % sur 25 ans. Cette situation s’explique par l’incertitude générée par le contexte des élections présidentielles françaises.
Néanmoins, après la montée au pouvoir du nouveau président français, la tendance s’est vraiment améliorée. En revoyant les statistiques des premières semaines du mois de juillet, on peut constater une nette baisse des taux : 1,25 % pour les prêts immobiliers sur 10 ans et 1,75 % pour les 20 ans. D’après les établissements financiers, cette stabilisation pourrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’année.

Un contexte fiscal toujours avantageux

Puisque les avantages fiscaux constituent l’une des raisons qui poussent les acquéreurs et les investisseurs à rester sur le marché et à trouver de nouveaux projets, leur situation mérite aussi d’être rappelée. Qui plus est, ces éléments seront pris en compte par les banques dans l’estimation des prêts immobiliers. Selon les analystes et suite aux décisions du législateur, le PTZ (prêt à taux zéro) se prolongera cette année.
La formule gardera les mêmes conditions que celles de l’année passée. Les bénéficiaires pourront toujours obtenir un financement à hauteur de 40 % de l’achat du bien immobilier dans le neuf. Le délai de remboursement a été élargi (de 5 à 15 ans au lieu de 0 à 14 ans). Ce qui signifie que le début des règlements pourrait être décalé sur une durée de 5 ans.
La loi Pinel, elle aussi, sera maintenue. Le principe de la réduction pour ceux qui projettent de mettre en location leurs biens pendant une période minimum de 6 ans restera en vigueur. Les taux dépendront bien sûr de la durée de l’investissement (12, 18 et 21 % pour respectivement des mises en location de 6, 9 et 12 ans). Enfin, les aides financières concernant les travaux de rénovation énergétique se poursuivront en 2017. Le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique) et les subventions de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) demeureront accessibles.

Les impacts des réformes Macron

Les initiatives que le nouveau président souhaite mettre en place durant son mandat pourraient aussi influencer les comportements des investisseurs. Les propriétaires et les locataires devront donc savoir que la suppression de la taxe habitation est en cours et sera mise en application d’ici 2018.
Ce sera également le cas de l’IFI (Impôt sur la Fortune immobilière) et de la hausse de la CSG (contribution sociale généralisée). L’estimation des taxes sur toutes les valeurs immobilières changera totalement. Il n’est pas encore trop tard pour investir dans de nouveaux projets et trouver un prêt immobilier plus adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *